LA POUPEE CATALANE

PRIX DU ROTARY-CLUB 2017

aux JOURNÉES LITTÉRAIRES DU PAYS DE CAUX

Résumé de la 4e de couverture :

¡Una traducción al castellano!

clic aquíLA MUÑECA CATALANA

para Kindle - Amazon

1937: Numerosos republicanos españoles huyen de su país asolado por la guerra civil y la avanzada de las tropas del general Franco. Felicia, una niña de unos 6 años, pasa la frontera francesa de los Pirineos, acompañada de su inseparable muñeca de trapo, de su madre y de Salvador, el joven amigo de su padre. Ya huérfana y refugiada en Francia, la acoge el orfanato normando Francisco Ferrer de Le Havre, en el que le da clases Elvira, una joven maestra española. Felicia solo conserva de Barcelona el remoto recuerdo de un padre del que será sin noticias ...  

 

   ...Hasta ese día de julio de 1956 cuando, entre los participantes a un congreso de esperanto en la capital catalana, el padre reconocerá a su hija ...

Retrouvez des informations sur les victimes de la Guerre Civile espagnole sur le site www.asturianus.org.  Vous pourrez y lire ma modeste contribution, en français, anglais et espagnol :

Niños de la guerra en Francia

Quelques photos qui ont inspiré le roman :

La petite Felicia a fui l'Espagne franquiste en 1939 ; elle ne reviendra à Barcelone où l'attend son père, qu'en 1956, lors d'un congrès d'espéranto.

Inoubliable photo de Capa et Taro dans Regards n°166 de mars 1937 relatant l'exode de Malaga !

Arrivée en France en février 1939, Felicia est hébergée au Havre dans un centre d'accueil pour les enfants réfugiés espagnols. L'orphelinat Francisco Ferrer, fondé en 1937 à cet effet, a réellement existé et les archives normandes le mentionnant m'ont fourni de nombreuses informations. Situé rue Félix Faure, il a été détruit pendant la seconde guerre mondiale mais les enfants de l'orphelinat ont probablement emprunté cet escalier tout proche, notamment pour descendre jusqu'à la plage.

Felicia ne se sépare jamais de sa poupée, c'est le seul lien qui lui reste de son enfance barcelonaise.

La plage du Havre telle qu'ont dû la découvrir les enfants de l'orphelinat Francisco Ferrer et mon héroïne, Felicia.

Quelle surprise pour les enfants espagnols quand ils ont découvert la Villa des Gadelles au Havre, réplique d'une des portes de la ville de Burgos !

La porte Santa Maria de Burgos qui a inspiré l'architecte de la villa des Gadelles

Les enfants de l'orphelinat organisent un défilé très particulier ! Trompettes, flûtes mais aussi couvercles de casserole et bassines !

 

 

 

 

 

"Me saisissant de la poignée en bois servant à sa manipulation, je demandai à l'enfant d'y placer ses doigts" p 132

(Marionnette de Pierre Gauthier - Le petit théâtre des mains)

Les grosses têtes et géants de carnaval sont des cachettes idéales, caché à l'intérieur de l'une d'elles, le père de Felicia y a appris un redoutable secret.

Voir aussi les articles parus dans la presse en cliquant : ICI

Le roman est en vente dans toutes les bonnes librairies. Vous pouvez aussi acheter le livre en ligne en allant sur le site de l'éditeur :